Paul LAY

Site internet

« Excellente imagination harmonique, jeu très diversifié, compositions des plus intéressantes, connaissance évidente de l’histoire du jazz, discours personnel. Paul Lay a tous les atouts pour « monter » et durer !» Martial Solal

  • Prix « Django Reinhardt » (meilleur artiste de jazz français de l’année 2015)
  • Révélation française de l’année proclamé par le Critic Poll 2015 (Jazz Magazine)
  • Grand Prix du disque de Jazz de l’académie Charles Cros 2014, avec son album Mikado

Après des études au conservatoire de Toulouse, puis au CNSM de Paris, département Jazz et Musiques Improvisées avec Hervé Sellin, François Théberge, Glenn Ferris et Dre Pallemaerts, Paul Lay se perfectionne auprès de Riccardo Del Fra.

Prix de soliste au Concours National de Jazz de la Défense, Paul Lay est lauréat des plus prestigieux concours internationaux (Concours International Piano-Jazz de Moscou, Concours International Piano-Jazz Martial Solal, Concours International de piano jazz de Montreux), ainsi que de la Fondation Meyer, Mécénat Musical Société Générale.
En récital solo et avec ses différentes formations en Trio ou Quartet, Paul Lay est invité dans les salles et festivals les plus prestigieux en France et à l’étranger : Duc des Lombards, Sunside, Club Vertigo, Scène nationale de Cherbourg, Jazz à la Villette, festival d’Annecy, de Biarritz, de Cologne, Midsummer Festival d’Hardelot, Musique à l’Empéri, Piano aux Jacobins à Toulouse, La Roque d’Anthéron, North Sea Jazz Festival à Rotterdam, Festival Radio France Montpellier entre autres.
Il joue aussi dans les formations de Géraldine Laurent Quartet, Terez Montcalm, Riccardo Del Fra Quintet, Ping Machine, Shauli Einav Quintet, l’ensemble Aum de Julien Pontvianne, et accompagne au Théâtre du Châtelet « I was looking at the ceiling and then I saw the sky », de John Adams. A l’occasion de la première journée internationale du Jazz à l’Unesco, il accompagne Barbara Hendricks pour un medley de spirituals et gospels.

Après la création au Théâtre de la Criée d’Alcazar Memories, un hommage au Music-Hall marseillais avec Isabel Sorling au chant et Simon Tailleu à la contrebasse, à l’occasion de Marseille Capitale Européenne de la Culture 2013, Paul Lay se produit au Théâtre de la Criée en janvier 2014, en récital solo à l’occasion d’une soirée hommage à Michel Petrucciani, en co-plateau avec Baptiste Trotignon et Aldo Romano.
Régulièrement invité à l’étranger, Paul Lay se produit à l’IAJE à New York, à Toronto, à l’Institut Français de Berlin. Avec le soutien de Cultures France, il effectue des tournées en Russie et en Amérique centrale (Pérou, Mexique, Trinidad et Tobago, République Dominicaine).

« Paul Lay a déjà tout d’un grand par sa connaissance de l’histoire du jazz, son imagination harmonique, et un univers poétique loin de tout « pianisme ». Une révélation. » Citizen Jazz

« Un trio qui fera date. » So jazz

« Paul Lay s’affirme, avec son premier disque, comme l’un des jeunes pianistes majeurs de sa génération.» Jazz Magazine

« Ce serait dommage de s’en priver ! » Les Echos

Son second opus, Mikado, en Quartet aux côtés de Clemens van der Feen (contrebasse), Antonin Tri-Hoang (saxophone alto et clarinette basse) et Dre Pallemaerts (batterie), est paru le 6 février 2014 et rencontre lui aussi l’adhésion unanime de la critique :

« Paul Lay confirme une position de pianiste et de compositeur-leader avec laquelle il faut désormais compter dans la jeune génération du jazz européen. » Open Jazz- Alex Duthil ! « Paul Lay illumine ce nouvel opus de son élégance dans ses compositions originales où brillent ses compagnons inspirés. Sa parfaite maîtrise de l’histoire du jazz et son inventivité harmonique propulsent sa musique dans les hautes sphères du jazz. » Selection Fip / Club Jazz à FIP

« Le pianiste prouve qu’il a désormais atteint une forme de maturité qui le fait entrer dans la cour des jazzmen français qui comptent. Une exquise poésie.» Jazzman – 4 étoiles

« Un brillant pianiste de plus en plus épanoui (on savourera son interprétation de «Luiza» d’A.C. Jobim en piano solo !)» Couleurs jazz : «Si l’on doit compter sur quelques jeunes musiciens, alors il faudra miser sur lui.» Culture Jazz

Médias

Le brio décontracté du pianiste Paul L

Le Monde 24 mars 2017