SPARK – THE CLASSICAL BAND

Site internet Crédit : Markus Berdux

“De la musique de chambre au plus haut niveau et à la pointe de l‘ère moderne“ (Frankfurter Allgemeine Zeitung)

“De la musique de chambre pour la génération Facebook“ (Die Zeit)

SPARK a connu une ascension fulgurante sur la scène internationale dans le domaine de la musique de chambre. A ses débuts, en 2007, cet ensemble instrumental était simplement considéré comme « exotique » dans le milieu classique, mais en très peu de temps, Spark est devenu l’un des ensembles classiques les plus prometteurs de la jeune génération.

En 2011, le disque « Downtown Illusions » a obtenu la prestigieuse récompense « Echo Klassik » dans la catégorie « musique sans frontières ». En combinant la subtilité et la précision d’un ensemble classique de musique de chambre avec l’énergie et le mordant d’un groupe de rock, ce quintette décoiffant révèle la musique classique à un public tout à fait nouveau. Comme les musiciens prêtent toujours une oreille attentive aux sons exceptionnels et inouïs, ils arrivent à faire apparaître les riches couleurs de la musique, une musique s’ancrant dans la tradition et se vouant également à l’innovation. Les cinq membres du groupe évoluent avec virtuosité et nonchalance entre différents styles musicaux, combinant les œuvres des maîtres de la musique classique avec des œuvres de l’avant-garde contemporaine comme la « Minimal Music » ainsi que la musique de film. Ensemble ils présentent une musique de chambre passionnante qui enthousiasme le public.

On a pu entendre jouer Spark dans de célèbres salles de Vienne et de Berlin, au Gran Teatre del Liceu à Barcelone, au festival de Schleswig-Holstein, au festival Beethoven à Bonn, à Brême et dans les festivals de Mecklembourg-Poméranie-Occidentale. Grâce à son cocktail sonore si explosif, SPARK s’est vite vu acclamé par le public et est devenu un pôle d’attraction pour les festivals. La presse spécialisée se passionne également pour ce groupe hors du commun. Le journal DIE WELT parle d’“un goupe très, très calé“, et Die FRANKFURTER ALLGEMEINE ZEITUNG a célébré le son Spark comme étant celui de “la musique de chambre à son plus haut niveau, à la pointe de l’ère moderne“. C’est avant tout le refus de toute étiquette qui fait que la musique de Spark a trouvé son caractère unique. Elle est imprévisible et offre une complexité vraiment incroyable. Ce n’est pas étonnant que le cercle des fans du groupe classique augmente à toute vitesse. Peu importe d’où viennent les passionnés de cette musique, quels sont leurs goûts musicaux, s’ils aiment la musique ancienne ou s’ils font partis de la génération MTV – ce qu’ils ont tous en commun, c’est l’envie de découvrir quelque chose de nouveau et c’est cette envie qui les unit avec les membres de Spark.

Leur façon radicale et sans compromis de combiner des œuvres dans des séquences audacieuses peut être comparée à une mise en scène d’une pièce de théâtre. Bach rencontre le musicien britannique Michael Nyman, maître de la Minimal Music, le quatrième mouvement d’un concert de Vivaldi est remplacé par une pièce de musique rock de l’enfant terrible néerlandais Chiel Meijering et Fauré est encadré par la musique mondiale. La musique ancienne rencontre la musique moderne, les frontières entre la musique électronique et la musique de divertissement s’effacent. D’un côté des éléments familiers sont repris, de l’autre ces éléments sont transformés mais toujours accompagnés d’un brin d’humour. C’est un vaste public de 8 à 80 ans qui acclame cette définition nouvelle de la musique classique. En effet, cette musique fonctionne sur les scènes traditionnelles et classiques aussi bien que dans les clubs de jazz, lors des présentations scolaires ou dans des festivals en plein air comme dans le club populaire de la musique techno « Berghain » à Berlin où Spark a suivi l’invitation de « Universal Music ». Spark y a surpris son public en mettant au centre du concert l’un des instruments les plus controversés, la flûte à bec. Daniel Koschitzki et Andrea Ritter, les fondateurs de Spark, sont des flûtistes diplômés qui font parti de l’élite internationale se consacrant à cet instrument. Pour ouvrir un monde tout à fait nouveau à la flûte à bec, ils ont créé une constellation d’instruments jusqu’ici unique : des flûtes à bec de toutes les formes et tailles. Le violoniste Stefan Glaus, le violoncelliste Victor Plumettanz et le pianiste Mischa Cheung partagent leur amour pour l’innovation dans la musique classique et ce sont eux qui les ont aidés à faire vivre la vision de Spark.

En septembre 2010, le groupe a sorti son premier album Downtown Illusions. L’album emmène ses auditeurs dans la jungle des grandes villes et transforme le brouhaha de la vie urbaine en orchestre euphorisante qui éveille des émotions sauvages. On y ressent la tension, le défi du pluralisme. Cependant, il ne faut pas être connaisseur en œuvres classiques pour être saisi par les associations électrisantes. Downtown Illusions a suscité un écho enthousiaste dans les médias et la presse spécialisée. MusikWoche a classé l’album parmi « l’une des plus grandes surprises de l’année ». AUDOPHILE AUDITION a écrit que « le groupe donne une expression radicalement innovatrice à la musique de chambre et à la scène internationale en général ». « Incroyable avec quelle audace et nonchalance ces cinq musiciens ont acquis des genres et styles différents », c’est la conclusion d’AMERICAN RECORD GUIDE. En octobre 2011, Spark a gagné le fameux prix « Echo Klassik » dans la catégorie « Classique sans frontières ». Le prix correspond bien au message que veut faire passer SPARK : « La bonne musique ne connaît pas de limites ». Leur album Wild Territories » est sorti en Janvier 2015.